Quantum Mosaic, a tactile story

by Luigi La Ferla

 

We do not see the World as it is but as we are

Emmanuel Kant

 

 

By the mean of matter fragments and by an ancestral technique, LLF embodies in his work the formulas ruling over our physical world. He shapes a visual narrative of the XXth century most emblematic discoveries. and explain both the gigantic and the infinitely small, both the cosmos and the particles. The artist puts his mastery of mosaic at the service of fundamental principles and confers, at the same time, his vision on the society he lives in.

 

 

Using a centuries-old technique to capture the wonders of modern discoveries

 

 

Back in 2017, Luigi La Ferla has started to deep in Physics and the major principles such as relativity or quantum mechanics. The materials he uses (Smaltes, marbles, golden leaf) create a sensation, a relation to Light, by a play on shadows and reflection at the surface. His works must be seen as a work of texture where each piece, each tessera, interacts with the other, to finally create a balance between Light and Time. These small pieces of matter build up a tactile narrative and act as pixels of a bigger picture.

 

His art offers a switch between different states and feelings. Mosaic, a very ancient technique, requires patience, detail, and precision. Nevertheless, the mosaic is for him, a way to share the movement of Light and to embody the smallest components of our universe.

 

Physicists explore the understandings of both the cosmos and the particles. As in the work of LLF, double reading of these phenomenons is established. The full picture offers also a focus on the smallest details, reinforced by the tridimensionality of the representation.

 

The artist makes tangible the formulas showcased by physicists, without pretending to interpret them. Beyond the description of these laws running our reality, he conveys his perception of today's society.

 

The topics addressed by LLF are : quantum mechanics, the hypercube, Dirac’s law, the deceleration and acceleration of time, Heisenberg’s indeterminacy, cosmic background radiation.

 

Beyond the tesserae, a vision of our time

 

Since ancient times, the mosaic has the inner mission of seizing ages, to be a privileged medium of social representation. By a play of Light on the surface of his artworks and by the symbolic force conveyed by this millennial technique, he highlights the denominator of an era. The artist turns himself as interference in societal dynamics and benefits from his power of transmitting current concerns to future generations.

 

LLF artworks never offer a frozen representation, but rather a gentle atmosphere shaped by the transport of light and its random movement on the matter’s surface.

 

By the acceleration transmitted by this intrinsically slow technique, he grasps the social contradictions of today’s world. While looking at his artworks, emotions are accelerated and destabilized, as are our lifestyles. By the representation of the indeterminacy of particles, he also tackles their random transportation through matter. By extension, the artist transparently carries a social criticism of a growing desire for ubiquity. A human desire to access the best, everywhere, at all times, made possible by technologies.

 

Quantum Mosaic

 

Light and Time are key components of artistic work and physic quest. These fundamental elements behave as a transmission belt to our reality and are the essence of creation and origin to major phenomenons.

 

With this conceptual operation, Luigi’s mosaic both describes and suspends Light. By its revealing role through his artworks, he conveys a new perception on physical phenomenons and shape the the quantum mosaic narrative.

Texte - Lorraine Petitdemange

Agent - ARTiculationsxxI

Mosaïque Quantique, un récit tactile

par Luigi La Ferla

Nous ne voyons par le Monde tel qu’il est mais tel que nous sommes

Emmanuel Kant

Par le biais de fragments de matière et d’une technique ancestrale, Luigi La Ferla donne corps aux formules régissant notre monde physique. Au travers de sa mosaïque, il façonne un récit visuel à propos des recherches les plus emblématiques du XXème siècle expliquant à la fois l'infiniment grand et le monde des particules. L’artiste met au service de ces principes fondamentaux ses oeuvres, tout en conférant sa vision de la société dans laquelle il s’inscrit.

 

Saisir par une technique séculaire la richesse des découvertes modernes

 

Depuis 2017, Luigi la Ferla oriente sa démarche artistique autour des principes physiques. Il aborde des sujets tels que la relativité ou encore la mécanique quantique. Les matériaux utilisés (smaltes vénitiennes, marbres, feuille d'or) créent une sensation, un rapport à la lumière par réflexion et jeux d’ombres. Ses oeuvres doivent être regardées comme un travail de texture où chaque morceau, chaque tesselle, interagit avec l'autre, pour enfin créer un équilibre. Ces morceaux de matière, comme des pixels d’une image plus grande à saisir, sont les briques constitutives de ce récit tactile.

 

Son travail offre un basculement entre des états multiples. La mosaïque, technique artisanale requiert patience, détail et précision. LLF y a pourtant recours pour donner à voir la vitesse de déplacement de la lumière et des composants infimes de notre univers.

 

Tout comme les physiciens, l’artiste a besoin de faire appel à son imagination pour pouvoir se projeter dans des réalités jusqu’à lors intangibles. Ils concrétisent des principes universels, l’un grâce à sa technique et à son geste, l’autre par ses formules, C’est par la force de projection dans cet infiniment grand et par la nécessité d’abstraction, que ces professionnels partagent une même intention.

 

Les physiciens de part les tentatives de compréhension des règles du cosmos, ont aussi cette vocation a comprendre l'infiniment petit à l’échelle des particules et des atomes. Comme les oeuvres de LLF, la double lecture s’établit à la fois dans son tout puis dans le détail de chaque composant, renforcé par la trimenditionnalité de la représentation.

 

Luigi La Ferla propose de rendre tangible et donner à voir ces formules, sans prétention de les interpréter. Au delà de la description de ces lois de la physique, il y adosse une critique sociale.

 

Les thèmes abordés par LLF sont : la relativité générale, la mécanique quantique, l’hypercube, la loi de Dirac, le ralentissement et l’accélération du temps, l'indétermination de Heisenberg, la radiation cosmique du fond.

 

 

 

Au delà des tesselles, une vision de notre temps

Technique antique, la mosaïque a toujours permis de saisir des Âges, d’être un médium privilégié de représentation de la société. De la mosaïque byzantine, Luigi La Ferla reprend la luminosité et la force symbolique pour véhiculer les dénominateurs d’une époque. L’artiste est alors interférence dans les dynamiques sociétales et à ce pouvoir de transmettre au futur les préoccupations actuelles.

 

Ce n’est jamais une image figée qui est offerte par les oeuvres de Luigi la Ferla mais bien une savante équation entre le transport de la lumière, sa vitesse, et l’aléatoire de son déplacement sur la surface de la matière..

 

Au travers de l’accélération transmise par cette technique intrinsèquement lente, il saisit les contradictions sociales du monde d’aujourd’hui. Les émotions s’accélèrent et se déstabilisent, tout comme les modes de vie de manière plus générale. Seule la culture, sous la diversité de ses médiums, parvient à temporiser, à calmer les frénésies individuelles pour faire valoir l’humanisme profond qui sait encore nous caractériser.

 

Il traite aussi l'indétermination des particules, l’aléa de leur mouvement au travers de la matière. Par extension, l'artiste porte en transparence cette critique sociale d’une volonté croissante d’ubiquité. Un désir humain, d’accéder au meilleur, partout, tout le temps, rendu possible par les technologies de l’information.

 

Mosaïque quantique

 

La lumière et le temps sont des thématiques coeur du travail artistique et questionne tout autant les physiciens. Ces deux éléments fondamentaux soutiennent de nombreux messages et s'érigent en courroi de transmission, en essence de création et d’origine.

 

Avec cette opération conceptuelle, la mosaïque de LLF à la fois décrit et suspend la lumière. Par ce rôle révélateur, ce dévoilement progressif, qui selon la densité et la diffusion de ses faisceaux sur l’oeuvre, LLF nous fait un récit nouveau des principes physiques.

 

 

 

Texte - Lorraine Petitdemange

Agent - ARTiculationsxxI
 

1/1